Archives for novembre, 2011

Bateaux de travail et du plaisir

Posted on Nov 28, 2011 under pinasses | No Comment

Nul part aussi bien que dans le bassin d’Arcachon, les conditions de navigation, le climat et le travail à accomplir ont à ce point dicté la conception d’un bateau aussi particulier que séduisant. Dans le terme  » pinasse », on pourrait pourtant relever une connotation péjorative…En fait, leur appellation vient de ce quelles sont construites dans le pin de cette forêt landaise qui s’étend jusqu’aux rivages du bassin. L’activité principale d’Arcachon est l’ostréiculture, l’élevage des huîtres, étant favorisé par le jeu des marrées qui renouvelle sans cesse l’eau sur les parcs. C’est justement afin de pouvoir naviguer même quand la mer se retire que les pinasses ont un si faible tirant d’eau. Les coques très basses permettent de plus de travailler pour ainsi dire au niveau de l’eau. Et comme, pour atteindre certains parcs aussi bien en avant qu’en arrière. Cette symétrie se retrouve d’ailleurs dans les deux cockpits aménagés de part et d’autre de la cabine, qui donnent aux pinasses un petit air de bateau de plaisance. Ce qui n’est pas faux! Car le jeu des marrées oblige parfois à rester bloqué par la basse mer sur un parc isolé. C’est pour autoriser une attente plus confortable, à l’abri du soleil estival ou des intempéries hivernales, que la pinasse possède une cabine. L’élégance de sa coque et cette cabine prometteuse de moments agréables ne manqua pas de séduire les bourgeois bordelais dont Arcachon était la villégiature favorite. Nombre de pinasses furent donc construites uniquement pour la navigation de plaisance. On les reconnaît d’ailleurs à leur cabîne un peu plus haute que celle des bateaux conçus uniquement pour le travail. A Arcachon, on les appelle » pinasses de Monsieur ».

le gardien du phare aime trop les oiseaux ( Jacques Prévert – 1900-1977 )

Posted on Nov 27, 2011 under Poèmes marins | No Comment

Des oiseaux par milliers volent vers les feux
par milliers ils tombent par milliers ils se cognent
par milliers aveuglés par milliers assommés
par milliers ils meurent.

Le gardien ne peut supporter des choses pareilles
les oiseaux il les aimen trop
alors il dit Tant pis je m’en fous !

Et il éteint tout

Au loin un cargo fait naufrage
un cargo venant des îles
un cargo chargé d’oiseaux
des milliers d’oiseaux des îles
des milliers d’oiseaux noyés.
( Histoires )