Archives for Superstitions et croyances des marins category

DIVERS

Posted on Fév 02, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

Bonne chance
Il ne faut jamais souhaiter bonne chance à un marin en train de s’embarquer, cela attirerait la déveine pendant toute la traversée.

L’âme
C’est la conviction des marins que le bateau soit doté d’une âme.Les Anglais ont pour habitude de ne pas donner de masculin ni de féminin pour des objets inanimés, or, pour les bateaux, ils disent  » he  » ou  » she « , comme d’une personne humaine.

Chandeleur
C’est un mauvais présage de commencer un voyage le 2 février, jour de la Chandeleur.

Cracher
Cracher, c’est exercer une protection magique contre le mauvais sort. Les pêcheurs crachaient sur leurs filets afin d’assurer une bonne pêche.

Le doigt
Montrer du doigt un navire qui quitte le port, c’est le condamner à un naufrage certain.

La noyade
Jadis, il était interdit de secourir les personnes en danger de noyade ou sortir un noyé de l’eau pour l’enterrer. En effet, les esprits de la mer réclamaient leur dû.

Siffler
Il est strictement interdit de siffler à bord d’un bateau car cela pourrait attirer des vents incontrôlables et surtout le diable. Par contre , le marin peut siffler à terre. La seule personne qui était tolérée de siffler à bord d’un navire était le cuistot, car en sifflant, il ne pouvait pas manger les provisions du bord.

Le mois de Décembre
Il est déconseillé de prendre la mer le 28 décembre, c’est la fête des Saints-Innocents. Pas propice non plus d’embarquer le 31 décembre qui est le jour de la Saint-Sylvestre, les cloches sonnent aux églises des villes englouties et les noyés processionnent à la surface de la mer.

Le juron
On ne jure pas à bord d’un bateau, ça porte malheur aux pêcheurs et fait fuir le poisson.

L’appel du marin
Ne jamais appeler un marin lors de son départ, ni l’interrompre, sinon un grand malheur s’abattra sur lui en mer. Il est préférable d’aller à sa rencontre pour lui parler ou lui donner un objet face à face.

Les chants
Les marins du Cap-Hornier chantaient à pleine voix lorsqu’ils étaient au travail, craignant d’entendre un autre chant aussi redouté que délicieux: celui des sirènes qui cherchaient à les attirer dans les entrailles de l’océan.

Les cheveux
Au risque d’attirer des tempêtes, le marin s’abstient de se couper les cheveux à bord du bateau. Par contre, le marin qui se coupe les cheveux lors d’intempéries pourrait bénéficier d’une très bonne surprise en revenant à son foyer.

L’argent
Tout bateau d’époque a sous son grand mât une pièce d’or, elle a pour but d’éloigner et repousser la malchance. Il était courant et de coutume de jeter une pièce d’argent avant tout grand voyage pour s’attirer les grâces de l’océan. Pratique également utilisée lors de calme plat, ce qui permettait de faire revenir le vent.

Mardi et vendredi
Ce sont les jours les plus détestés par les pêcheurs, pensant que les risques d’intempéries et de naufrages sont plus grands. Bon nombre de capitaines préfèrent retarder un départ et partir le dimanche.

Pincer un marin
La vie d’un marin était tellement aléatoire, que durant des siècles, même ceux qui revenaient au port sains et saufs étaient soupçonnés de n’être plus du monde des vivants. Pour s’assurer que le marin était réel et non pas un fantôme, il fallait le pincer. De nos jours, on touche le pompon rouge, et chez les Anglais, on touche leur col.

Les tatouages
Il était d’une grande protection, il était porté à l’origine par les mauvais garçons ou les marins. Les marins se bardaient de tatouages, en particulier sur les parties faibles telles que le coeur, et sur le bras en signe de puissance. Chez les Anglais, les marins se faisaient tatouer un crucifix sur le dos afin de décourager le contremaître de les frapper trop forts lors de châtiments corporels.

Les sirènes
La sirène hante les océans depuis la nuit des temps. Elle est d’une beauté fantastique, malgré le bas de son corps en forme de queue de poisson. Elle chante merveilleusement bien avec une voix en or prenante…et c’est là que le marin est très sensible. Au point que lorsqu’il entend ce merveilleux chant, il plonge pour la rejoindre et se noie. Ulysse qui navigua depuis de longues années en Méditerrannée fit boucher les oreilles de son équipage par de la cire quand son bateau traversa une zone de sirènes. Ulysse s’est fait auparavant attacher au grand mât. Il est le seul à avoir entendu ces chants irrésistibles et envoutants des sirènes et en soit sorti vivant.

LES OBJETS

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

Le seau
Très utile à bord, et si on le perds, c’est un mauvais présage. Les marins Anglais ne s’asseyent pas sur un seau renversé, ça porte malheur.

Le couteau
Tout objet en métal est bienvenu à bord, il porte une charge de porte-bonheur. Les Anglais plantaient un couteau dans le grand-mât.

Les chaussures
Les Anglais jettent des vieilles chaussures vers un bateau quittant le port, et c’est un bon présage. Mais en France, le même geste empêche le bateau de revenir….

L’échelle
Les Anglais pensent que passer sous une échelle est signe d’une prochaine pendaison.

La boussole
Elles s’affolent lorsque les femmes ont leurs règles; surement l’un des éléments qui fait que la femme n’est pas acceptée sur un bateau.

Le bouchon
Pour faire une bonne pêche, le marin fait une entaille sur un bouchon de son filet, il glisse ensuite une pièce de monnaie dans cette entaille.

Bougie
Selon des croyances Anglaises, lorsqu’une bougie a une flamme bleutée, c’est le présage de mort en mer. Les marins feront en sorte que la bougie ne brûle pas jusqu’au bout pour préserver la vie d’un marin.

Les bottes
Quand un marin demande à ce qu’on lui ramène ses bottes et que la personne qui les lui apporte les transporte sur l’épaule, le marin ne partira pas en mer.

Le bol
Les Anglais qui ont leur bol de petit déjeuner retourné y voient le présage de leur quille de bateau en l’air. Afin de s’épargner un long voyage, certains marins retournèrent leur bol, prétendant qu’ils allaient porter malheur au navire.

Les boucles d’oreilles
Les marins portent des boucles d’oreilles depuis fort longtemps. Elles préservent depuis l’antiquité de la noyade et des naufrages. L’anneau d’or est aussi un trésor pour le marin, principalement destiné au curé pour payer ses obsèques si le marin venait à mourir loin de son pays. C’était aussi un symbole de fiançaille entre le marin et la mer. Enfin, elle était portée par le marin seulement s’il avait réussi à franchir le Cap Horn, c’était un trophée.

Les jeux de cartes
Ils sont interdits à bord d’un navire car ils provoquent des bagarres, mais aussi des intempéries et de la malchance.

La cigarette
Quand on allume une cigarette à la flamme d’une bougie, on provoque au même instant la mort en mer d’un marin inconnu, par noyade ou accident.

Fer à cheval
Il porte bonheur, surtout s’il est trouvé par pur hasard. Les marins écossais fixaient sur le grand mât un fer à cheval pour apaiser les tempêtes et éviter la malchance.

Le pompon
Le béret des marins de la marine nationale porte un pompon rouge que tout le monde peut toucher avec l’index gauche, pour acquérir 24 heures de chance, à condition que le marin ne s’en aperçoive pas. Si le marin se rend compte qu’une fille a réussi à toucher son pompon, il lui réclame un baiser en gage. Si dans une même journée, on arrive à toucher 3 pompons, cela équivaut à 3 semaines de chance.90

LE BATEAU

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

La ficelle
Elle fait partie du vocabulaire interdit à bord d’un bateau, tout comme la corde.

La corde
Mot totalement prohibé sur un bateau, de même que  » ficelle « . Les mots similaires utilisés par les marins sont  » bout « ,  » manoeuvre « , « filin « ,  » cordage « . Cette interdiction du mot  » corde  » viendrait de l’époque ou les mutins étaient pendus hauts et courts.

Coque
Lors de la construction d’un bateau, quand la coque est terminée, l’usage en Bretagne est de l’asperger d’eau de mer en abondance afin de l’habituer au futur milieu qui sera le sien. Ces gestes sont accompagnés de prières et de voeux.

Figure de proue
Les figures de proue en bois sculpté et peintes qui ornent l’avant des grands vaisseaux sont une puissante protection symbolique. Il s’agissait rarement de divinités masculines telles que Poséidon ou Triton, ou encore des animaux, ce sont souvent des femmes ou des sirènes. Ces formes féminines étaient un hommage aux dieux de la mer. Peut-être qu’étant femme et portant malheur, elles étaient utilisées en proue afin d’effrayer les mauvais esprits de la mer.

LES HOMMES

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

L’idiot
Le pêcheur qui croise un idiot est signe que la pêche devrait être très fructueuse, en revanche s’il croise un bigleux ou un boiteux, le marin préfèrera éviter de prendre la mer.

Le mousse
Par temps calme, si on fouettait le mousse, le vent revenait.

L’avocat
Il n’est pas le bienvenu sur un navire car il peut créer les embrouilles dans l’équipage. Avec sa longue toge noire, il pouvait aussi faire penser au curé ou à la femme.

La marraine
C’est la femme qui préside au lancement d’un navire. Le choix de la marraine doit être soigneusement fait. Elle doit être vigoureuse afin de casser la bouteille d’un seul coup sur la coque du navire. La marraine ne doit pas être enceinte ni mariée sinon le bateau risquerait de sombrer.

Le mort
Il est de très mauvais présage quand quelqu’un meurt sur un bateau. Le défunt pourrait considérer le bateau comme son cercueil et le faire couler. Logiquement, c’est le risque d’épidémie lors de la décomposition du cadavre qui pourrait créer une catastrophe à bord. Si par exception, le corps est ramené à la terre ferme, alors il est d’usage de le débarquer en premier. Une fois l’enterrement terminé, la mer pourrait se mettre en colère en pensant qu’on lui a volé sa proie, et donc, afin de l’apaiser, on lui envois une couronne de fleurs au nom du défunt.fleurs, marins, moines, églises, prêtres, équipage,

Le Prêtre
Vêtu de noir ( couleur néfaste ) et porte une soutane ressemblant à une robe que porte une femme, signifiant qu’il est indésirable et interdit sur un bateau. Les marins évitent de prononcer le mot prêtre et par extension, les mots moines, chapelles, église, curé, etc. Ces mots sont remplacés par le mot  » cabestan  »

La femme
Pourquoi la présence d’une femme à bord porterait-t-elle malheur? Tout simplement parce-que les marins vivaient de longs mois dans une intense frustration physique et sentimentale. La présence d’une femme au milieu de l’équipage ne pouvait qu’alimenter passions, jalousies, querelles, et aussi les tentatives de viol.

LA BOISSON

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

Le champagne
Il y a très longtemps, tout bateau devant affronter l’océan devait se consacrer à un sacrifice du sang d’une victime étalée sur la proue de manière à s’attirer les bonnes grâces des divinités. Par la suite, on passa à la libation de vin qui était moins cruel. De tradition, on devait baptiser le bateau avant son départ en mer sinon il devrait essuyer des tempêtes, avoir à faire à des avaries ou bien se confronter à des monstres marins, etc. Heureusement, aujourd’hui, on utilise le champagne. La méthode consiste à lancer vigoureusement une bouteille de champagne contre la coque et se casser. Si la bouteille de champagne ne se casse pas du premier coup, c’est un très mauvais présage pour le bateau, ce qui arrivait quelquefois. On a résolu tout cela aujourd’hui en sciant légèrement la bouteille pour qu’elle se casse plus facilement. Plus le bruit de l’explosion de la bouteille est important, meilleur c’est ! Les démons s’éloignent à coup sûr.

PLANTES FLEURS ET VEGETAUX

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

L’ail
Depuis l’antiquité il est utilisé afin d’éloigner la malchance ou les mauvais sorts. En mer, il éloigne les tempêtes et les monstres aquatiques. Il donne du courage et de la force aux marins et se débarrasse des vermines.

L’algue
Ses vertus sont celles de guérir les fièvres, brûlures, morsures etc. Le Varech ( ou Goémon ) protège de la foudre et rend intelligent, c’est pourquoi les marins en ornaient les parois de leur navire.

Les fleurs coupées
Elles sont utilisées pour l’élaboration des couronnes funéraires et sont jetées à la mer lors du décès d’un marin. Il est déconseillé d’emporter des fleurs coupées à bord d’un bateau au risque de  » provoquer  » la disparition du marin lors de son prochain voyage.

LES MATERIAUX

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

Le rubis
Pierre précieuse mettant le marin à l’abri de la noyade.

L’émeraude
C’est la pierre précieuse de l’espérance, de la jeunesse et de la vitalité, utile aux marins et bien que rare, elle pouvait écarter les tempêtes et dangers.

L’or
Ce métal a des vertus protectrices que les autres matériaux n’ont pas, la boucle d’oreille du marin doit être en or, l’or prévient des maladies des yeux et guérit la vue.

Le charbon
C’est un matériaux bénéfique et protecteur. Lorsque vous en trouver un morceau au bord de la mer, il est de bonne augure de le donner à un marin qui le mettra dans sa poche afin de lui éviter la noyade. Si la femme d’un marin retourne un morceau de charbon en attisant le feu, elle retourne également le navire sur lequel vogue son mari, le conduisant ainsi à la mort.

LES ELEMENTS NATURELS

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

L’arc-en-ciel
Il est considéré par les marins comme étant un chemin entre le monde des vivants et le monde des morts. Pouvant aspirer l’eau de la mer par ses deux bouts. Il ne doit jamais être montré du doigt, auquel cas le navire serait victime de tempêtes.

ANIMAUX

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

L’âne
Animal réputé pour être têtu, borné, bête, mais courageux, il était de bon présage et de bonne augure pour les habitants de la ville de Saint-Malo de voir un âne avant de prendre la mer.

Le chien
En Bretagne, les pêcheurs ne sont pas très favorables à cet animal: Les Ecossais évitent même de prononcer son nom.

Le bouc
En accrochant une peau de bouc en haut du grand-mât, cela permet au bateau de faire un voyage sans encombre, car sa peau possède des vertus protectrices.

Le goéland
Il représente l’âme d’un mort, il abrite l’âme d’un noyé dont on n’a jamais retrouvé le corps. Il est donc déconseillé de toucher au goéland pour ne pas léser le pauvre mort.

La mouette
Tout comme le goéland, elle porte l’âme d’un marin mort en mer.

Les rats
Sur un navire, ils véhiculent des parasites et des maladies, c’est un fléau qui dévore tout. Par contre, un bateau privé de rats est dans une mauvaise passe, car ils préssentent l’arrivée d’un malheur et quitteront le bateau: un don que seuls ont les rats.

Le corbeau
Si un corbeau proche du bord de mer croasse pendant la nuit ou au petit matin, c’est le présage d’une tempête

Le perroquet
Tuer un perroquet porte malheur. Nous avons remarqué que les pirates et corsaires portaient des perroquets sur leur épaule. Il est vraiment utile sur un bateau, il a le don de la parole, de reproduire la musique et les chansons, et il peut prédire les changements météorologiques. S’il se lisse les plumes, c’est signe d’orage; s’il parle sans cesse ou s’agite pendant la nuit, c’est signe d’un temps incertain.

Le cormoran
Le pêcheur n’aime pas le cormoran, car en voir un est signe de pêche maigre, surtout s’il est suivi par une mouette. Ses cris annoncent une prochaine dégradation de la météo.

L’albatros
Les marins montrent peu de sympathie envers l’albatros. Il annonce le mauvais temps et les tempêtes lorsqu’il se pose sur l’eau. En revanche, il est de bonne augure de le voir planer, c’est signe de bon vent.

Le chat
Malgré ses bons services à bord d’un bateau pour éliminer les rats, sa réputation est un peu ambigue car on ne le voit pas toujours d’un bon oeil sur le navire. Un chat noir est malvenu, contrairement aux Anglais qui pensent qu’il est bienvenu à bord et peut prévenir des coups de tabac en ondulant sa queue. Parfois les marins le refuse à bord, et son nom est interdit d’être prononcé. Malgré tout, s’il vient de son propre chef, les marins l’admettent car le jeter hors du navire entraînerai malheurs et fortes tempêtes. Il n’est pas bon de l’entendre miauler, c’est mieux qu’il reste silencieux. Chez les marins Bretons, apercevoir un chat avant le départ en mer est un évènement susceptible d’annuler le voyage. Outre-Atlantique, en Amérique, le chat a la réputation d’annoncer les tempêtes lorsqu’il se frotte la face, ce qui peu être une vérité car le chat est très sensible aux changements climatiques.

Le lapin
C’est pourtant une si gentille bête, mais malheureusement il est l’animal le plus détesté des hommes de la mer. Sur un bateau, il adore le chanvre et le grignote. Tout ce qui est cordage sur un navire est fait en chanvre, donc celui-ci est à la merci du lapin. Il rnge les étoupes qui empêchent les infiltrations d’eau. Les marins le nomment  » la bête aux grandes oreilles  » pour ne pas prononcer son nom.

Le lièvre
Pour les mêmes raisons que le lapin, le lièvre porte aussi malheur à bord.