Les navires-écoles

Posted on Jan 20, 2011 under Les navires-écoles | No Comment

LES EQUIPAGES :
Ensemble du personnel embarqué à bord d’un navire pour en assurer le service. Ainsi le capitaine de vaisseau Sizaire, membre de l’Académie de marine, décrit-il le mot « équipage » dans un ouvrage consacré aux termes de marine. Des termes froids qui prennent une dimension nouvelle quand on fait le rapport entre l’expression « assurer le service » et cette chanson de marins: « Une main pour le bord et une main pour soi, et si le bateau souffre, rajoute-lui trois doigts »
Abord d’un bateau, quel qu’il soit, on existe plus, on ne s’appartient plus. Une seule chose importe: amener le navire à bon port. Et s’il s’agit d’un voilier, en le faisant marcher au mieux. L’art de la navigation à voile atteint des sommets de complexités, tant sont nombreuses les données techniques, d’autant plus compliquées qu’une bonne part d’intuition entre toujours en jeu. Toutes les erreurs sont sanctionnées: l’avarie de gréement à la suite d’une fausse manœuvre ou parce qu’on s’est laissé surprendre par un renforcement du vent: l’échouement parce qu’on a fait une erreur de navigation; la chute par-dessus bord parce qu’on a pas été assez attentif au rythme des vagues…C’est pour cela qu’à bord règne une discipline sans faille, résumée par la formule qui définit le capitaine de navire: « Seul maître à bord après Dieu »
Jusqu’au XVI ème siècle, dans la marine marchande, la responsabilité du navire et du voyage se trouvait entre les mains d’un « maître » Mais ce dernier n’était pas forcément un homme de mer. La conduite du bateau, navigation et manœuvre, était assurée par un « patron » Au XV ème siècle, quand on découvrit qu’il était possible de connaître sa latitude en mesurant la hauteur du soleil au-dessus de l’Horizon, l’état-major des bateaux s’adjoignit un « pilote » responsable des calculs de navigation. Un quatrième personnage intervint au fur et à mesure que les traversées se faisaient plus longues: l’écrivain chargé de tenir le journal de bord, tous les évènements s’y trouvant consignés. Au début du XVII ème siècle, dans différentes nations, on commença à exiger des « maîtres » quelque savoir technique. Peu à peu, ils se trouvèrent capables d’exercer toutes les tâches afférentes à la manœuvre, à la navigation et à l’administration du navire. Ainsi naquit la fonction de capitaine.
Le poste de capitaine et de son second, celui des officiers et de la maistrance, des hommes et des cadets sont décrits ci-dessous.

Comments are closed.