LES BORNEURS DE L’IROISE ET DE LA RADE DE BREST

Posted on Fév 22, 2013 under Les bateaux bretons | No Comment

On appelle  » mer d’Iroise  » les parages maritimes qui s’étendent entre l’archipel Ouessantin et l’île de Sein, à l’ouvert de la rade de Brest et de la baie de Douarnenez. Ce littoral est très découpé, avec de nombreux estuaires entrant profondément dans la campagne et des petites Iles qui ont été très peuplées. Il est peu de côtes où le petit transport maritime ait été et demeure aussi indispensable. C’est pourquoi les borneurs de la pointe du Finistère figurent parmi les derniers voiliers de travail lancés en France. Ainsi les gabares Andre-Yvette et Fleur de Lampaul ont été construites respectivement en 1936 et 1948, et le Dundée Notre-Dame de Rumengol en 1945. Dès l’origine, ces bateaux ont été motorisés, mais on les voyait encore voilure haute à la fin des années 1970. Entièrement restaurées, ces coques vénérables ont encore de longues années à vivre, après une riche carrière : André-Yvette a été pendant un temps transformé en yacht, Fleur de Lampaul embarque des enfants pour des croisières de découverte du milieu océanique, aux Açores où ils étudient les baleines. Pour bien comprendre ce type de bateau, il suffit d’examiner la vie de Notre-Dame de Rumengol. Son armateur était un négociant en bois de construction, qui possédait des coupes de bois en rade de Brest. Ce seront les premiers transports du Dundée. Puis il prendra le large vers l’Algérie pour assurer le transport des vins très alcoolisés qui étaient employés jusqu’aux années 1960 pour améliorer certains produits de l’Hérault et même du Bordelais. Ensuite, il transportera du sel de Noirmoutier, des choux-fleurs du Finistère nord, du naissain de moules et d’huîtres…navigation qui le mèneront sur toutes les côtes de la Bretagne et de la Manche, voire en Angleterre. Jusqu’en 1981, on le verra sillonner la rade de Brest avec des chargements de maerl ( sorte de corail dragué devant les côtes du Finistère ) et de sable, très utilisés pour amender les champs de primeurs.

Comments are closed.