ANIMAUX

Posted on Fév 01, 2013 under Superstitions et croyances des marins | No Comment

L’âne
Animal réputé pour être têtu, borné, bête, mais courageux, il était de bon présage et de bonne augure pour les habitants de la ville de Saint-Malo de voir un âne avant de prendre la mer.

Le chien
En Bretagne, les pêcheurs ne sont pas très favorables à cet animal: Les Ecossais évitent même de prononcer son nom.

Le bouc
En accrochant une peau de bouc en haut du grand-mât, cela permet au bateau de faire un voyage sans encombre, car sa peau possède des vertus protectrices.

Le goéland
Il représente l’âme d’un mort, il abrite l’âme d’un noyé dont on n’a jamais retrouvé le corps. Il est donc déconseillé de toucher au goéland pour ne pas léser le pauvre mort.

La mouette
Tout comme le goéland, elle porte l’âme d’un marin mort en mer.

Les rats
Sur un navire, ils véhiculent des parasites et des maladies, c’est un fléau qui dévore tout. Par contre, un bateau privé de rats est dans une mauvaise passe, car ils préssentent l’arrivée d’un malheur et quitteront le bateau: un don que seuls ont les rats.

Le corbeau
Si un corbeau proche du bord de mer croasse pendant la nuit ou au petit matin, c’est le présage d’une tempête

Le perroquet
Tuer un perroquet porte malheur. Nous avons remarqué que les pirates et corsaires portaient des perroquets sur leur épaule. Il est vraiment utile sur un bateau, il a le don de la parole, de reproduire la musique et les chansons, et il peut prédire les changements météorologiques. S’il se lisse les plumes, c’est signe d’orage; s’il parle sans cesse ou s’agite pendant la nuit, c’est signe d’un temps incertain.

Le cormoran
Le pêcheur n’aime pas le cormoran, car en voir un est signe de pêche maigre, surtout s’il est suivi par une mouette. Ses cris annoncent une prochaine dégradation de la météo.

L’albatros
Les marins montrent peu de sympathie envers l’albatros. Il annonce le mauvais temps et les tempêtes lorsqu’il se pose sur l’eau. En revanche, il est de bonne augure de le voir planer, c’est signe de bon vent.

Le chat
Malgré ses bons services à bord d’un bateau pour éliminer les rats, sa réputation est un peu ambigue car on ne le voit pas toujours d’un bon oeil sur le navire. Un chat noir est malvenu, contrairement aux Anglais qui pensent qu’il est bienvenu à bord et peut prévenir des coups de tabac en ondulant sa queue. Parfois les marins le refuse à bord, et son nom est interdit d’être prononcé. Malgré tout, s’il vient de son propre chef, les marins l’admettent car le jeter hors du navire entraînerai malheurs et fortes tempêtes. Il n’est pas bon de l’entendre miauler, c’est mieux qu’il reste silencieux. Chez les marins Bretons, apercevoir un chat avant le départ en mer est un évènement susceptible d’annuler le voyage. Outre-Atlantique, en Amérique, le chat a la réputation d’annoncer les tempêtes lorsqu’il se frotte la face, ce qui peu être une vérité car le chat est très sensible aux changements climatiques.

Le lapin
C’est pourtant une si gentille bête, mais malheureusement il est l’animal le plus détesté des hommes de la mer. Sur un bateau, il adore le chanvre et le grignote. Tout ce qui est cordage sur un navire est fait en chanvre, donc celui-ci est à la merci du lapin. Il rnge les étoupes qui empêchent les infiltrations d’eau. Les marins le nomment  » la bête aux grandes oreilles  » pour ne pas prononcer son nom.

Le lièvre
Pour les mêmes raisons que le lapin, le lièvre porte aussi malheur à bord.

Comments are closed.