Port ( Raymond Queneau ) Le Havre 1920

Posted on Juil 28, 2011 under Poèmes marins | No Comment

Le mur qui s’allonge
et le toit qui plonge
les bois tout pourris
ne sont plus ici

La grue très oblique
les porcs les barriques
bien que disparus
sont rien moins que vus

Ce bateau sans grâce
près du ciel s’efface
laissant le jour gris
s’enfuir avec lui

Comments are closed.