la mer (victor hugo 1802-1885 )

Posted on Juin 01, 2011 under Poèmes marins | No Comment

L’éclair, cet épervier, l’ouragan, ce pirate,
Hagards, questionnant la vague scélérate,
Criant au flot complice: Où sont-ils ? regardant
L’abîme âpre et jaloux qui répond en grondant,
A travers la nuit noire, horribles, pleins de joie
Vont, et de flot en flot courent, cherchant leur proie.

Les noirs vaisseaux sous les étoiles,
Vêtus du blanc linceul des voiles,
Glissent sur l’âpre gouffre amer,
Et sous leurs ailes les vents tiennent
La nuit lugubre où vont et viennent
Tous ces fantômes de la mer.

La mer roulait avec le bruit d’un char énorme;
Un bras, qui par moments sortait de l’ombre informe,
Sur le dos des flots noirs, de ténèbres construits,
Faisait claquer l’éclair, fouet sinistre des nuits.

Alors Dieu déchaîna les vents; ces tourmenteurs
Fondirent sur la mer de toutes les hauteurs,
Battant les rocs, tordant les flots, fouettant la brume,
Traînant la vague en pleurs par ses cheveux d’écume.

Comments are closed.