Posted on Jan 27, 2011 under Bateaux Normands | No Comment

LE GREEMENT DU SLOUP :

La hauteur du mât, du pont à la ferrure du mât de flèche, est égale au trois-quarts de la longueur de l’étrave au couronnement soit pour 18 mètres, 13,50 mètres. La longueur du mât de flèche approche elle aussi les trois-quarts de celle du mât, soit 10 mètres. Avec un to de mât de 2,60 mètres, la pomme du mât culmine à 20 mètres au-dessus du pont. On peut estimer le diamètre du mât à 35 ou 40 cm à l’étambrai; ces mâts, n’ayant pas à supporter l’effort du palan de chalut comme sur les barques de Port et Grandcamp, pouvaient avoir un échantillonnage légèrement inférieur. Le bout-dehors qui n’est pas excessivement long, est tenu par une sous-barbe à chaîne raidie par un palan en simple amarré à bord, il n’y a pas d’étai. Ces bouts-dehors ( ou plutôt beaupré ) sont gréés de façon différente sur les trois bateaux. L’éclaireur en bon Normand, le fait passer à travers le pavois, mais sur bâbord . Sur le Maurice-Edmond, le beaupré est appuyé dans une entaille à mi-bois sur bâbord, contre l’étrave. La Charlotte porte le beaupré presque à la bretonne, sur tribord au-dessus du pavois. Il semble, bien qu’il n’y ait pas de témoignage sùr que, comme les pilotes de Saint-Malo, ces sloups n’aient pas utilisé de clef de hune comme ceux de Barfleur, l’itague restant raidie à bloc, maintenant le mât de flèche hissé. Celui-ci est tenu de chaque côté par deux haubans sur barre de flèche, un étai sur le bout-dehors, et une bastaque avec palan de chaque bord. Le Maurice-Edmond possède une particularité de gréement, rare sur les bateaux normands; une bôme à rouleau. La balancine est raidie par un palan à bâbord sur le Maurice -Edmond et tribord sur la Charlotte et l’Eclaireur. Ces bateaux ne pouvaient louvoyer dans le port de Saint-Vaast pour appareiller ou rentrer à cause de leur taille. Aussi utilisaient-ils les tonnes peintes en rouge placées le long du haut-fond dans le port pour se touer dessus. Le plus beau fut certainement l’Eclaireur, construit en 1886 par Adolphe Laverge, on ne sais ce qu’il est devenu après 1917, 31 années de navigation. Quelques pêcheurs de Ouistremam se souviendront avoir vu arriver sur les bancs de Dives où ils travaillaient, un beau sloup de Saint-Vaast, l’Eclaireur. Alors qu’on était, nous, sous petit foc et deux ris dans la grand-voile, par bon vent, l’Eclaireur avait grand-voile à bloc et grand foc…C’était un vraiment beau bateau.

Comments are closed.